Nigéria : Les sculptures pillées pour l’Allemagne seront bientôt du retour à la maison

Dans les moments de la colonisation, plusieurs biens de l’Afrique ont fait l’objet de disparition. Ces objets d’art qui décoraient l’Afrique surtout le Nigeria ont trouvé place dans les villes d’Europe. Afin forgé de lien d’amitié plus fort avec les pays d’Afrique, les nouveaux possesseurs de ces biens décident une restitution.

Divers sculptures en bronze de la ville du Bénin seront restituées

Ce jeudi 29 avril 2021, une annonce venant de la Secrétaire d’État Allemagne à la culture qu’est Monika Grütters a déclenchée une surprise au regard des Nigérians. En effet, à partir de l’année prochaine, toutes les sculptures en Bronze représentant la culture du Bénin City, une ville du Nigeria située dans le Sud-Ouest du pays retrouveront leurs places initiales. Cette ville du Nigeria était un royaume qui regroupait plusieurs adorations des dieux représentés par des sculptures en bronze.
C’est à l’occasion d’une réunion regroupant des experts de musée organisée à l’initiative de Monika que cette décision a été prise. La restitution des biens débutera dans l’année 2021. Les responsables politiques nationaux et régionaux ne sont pas absents à ce regroupement. Une organisation avec pour objectif la réconciliation des Allemands et des descendants des propriétaires des sculptures des temps coloniaux.

Un nouveau départ avec les biens culturels nigérians dérobés par les colons

Plusieurs musées européens dont le musée ethnographique du Forum Humboldt de Berlin est en possession d’un nombre importante des sculptures du Bénin dérobées pendant la colonisation. Plus de 400 bronzes béninoises composent ce musée. L’Allemagne n’est pas le seul pays à prendre cette décision, elle faisait partir des réflexions des anciennes puissances coloniales.
La France aussi prend l’initiative de rendre 26 de ces biens culturels dérobés dans le royaume du Bénin. Les sculptures de l’ancien royaume du Bénin qui trouveront leur maison seront exposées dans un musée à construire au Nigeria à la fin de l’année 2024. Le British Museum participera à cette opération avec un financement de 3,4 millions d’euros.